Devenir famille d’accueil pour un animal abandonné

Pour mieux comprendre ce que cela signifie devenir famille d’accueil pour un animal abandonné, nous avons posé quelques questions à Andréane Martini, bénévole dans la protection animale.

Pourquoi vouloir devenir famille d’accueil ?

Les raisons peuvent être diverses et sont propres à chacun. Cela commence souvent par une sensibilité à la protection animale. Pour moi c’était l’amour des animaux et plus particulièrement des chats qui sont une vraie passion, tout cela combiné à l’envie de faire quelque chose d’utile pour eux.

Dans le cas d’une famille d’accueil, les répercussions de notre engagement sont concrètes et observables directement ce qui est très satisfaisant !

Cette expérience peut aussi être perçue comme une phase de test pour répondre à certaines interrogations : est ce que je serai capable de bien m’occuper de l’animal ? Est-ce que j’ai assez de temps à lui consacrer ?… en vue d’une adoption définitive.

 Famille d'accueil de chats

Quelles précautions à prendre avant de franchir le pas ?

Il faut savoir ce que vous voulez mais aussi et surtout ce que vous ne voulez pas ! Il est important de réfléchir et de spécifier à l’association si vous ne souhaitez pas accueillir des cas particuliers comme de très jeunes animaux ou bien encore des animaux ayant certaines maladies.

Aussi, accueillir un animal même temporairement, c’est accepter de changer ses habitudes et partager son temps et son espace avec un nouveau “colocataire”. Ainsi si vous vivez à deux ou à plusieurs, il est important que chacun comprenne ce qu’implique cette mission.

Enfin, il est nécessaire de se conditionner, être conscient que la présence de ses boules de poils n’est que temporaire et que notre rôle est de les accompagner, comme des parents, dans leur nouvelle vie.

Comment bien choisir son association de protection animale?

Selon moi rien ne vaut un contact direct : se rendre chez les associations ou mieux encore, aux journées d’adoption afin de valider le feeling avec les équipes.

Il est aussi important de questionner les associations sur leur vision de la famille d’accueil, la prise en charge des frais, la situation géographique des vétérinaires partenaires, … afin d’être en accord avec leur process.

Ton retour d’expérience ?

Nous sommes allés rencontrer à une journée d’adoption une première association. Le feeling n’étant pas très bien passé nous avons décidés, sur les conseils d’une connaissance de partir rencontrer l’association dont nous faisons partie aujourd’hui depuis un peu plus d’un an !

Nous avions posé nos contraintes :  uniquement des chats, ne nécessitant pas trop de soins et pas de biberonnage. C’est ainsi qu’après une semaine nous avons accueillis notre premier colocataire : Mimine, une minette rousse et blanche d’environ 2 ans, à poils long.

Elle avait été abandonnée par ses propriétaires qui avaient déménagés et l’avait laissée dans la rue. Cette petite chatte était devenue sauvage et très craintive mais surtout attendait, au moment de son sauvetage, une portée.

La première semaine, nous a paru insurmontable : elle ne se laissait pas approcher, cherchant l’endroit le plus inaccessible et improbable pour se cacher.

C’est dans ces moments que l’on doit faire preuve de beaucoup de compassion et de patience pour faire évoluer la situation. Après plusieurs heures assis par terre pour la nourrir à la main et la brosser ce fût pour elle le déclic ! Elle nous a ainsi accordé progressivement sa confiance jusqu’au jour où elle a mis bas.

Une expérience magnifique

Cette magnifique expérience s’est poursuivie avec les chatons que nous avons vu grandir et pour lesquels nous avons choisi les familles qui leur correspondait. Nous avons partagé de véritables moments de bonheur avec ces petites boules de poils qui fait que les au revoir sont difficiles. Mais, il faut garder en tête pourquoi nous le faisons.

Ainsi, malgré le vide de leur absence, le sentiment d’avoir rempli notre rôle et la certitude d’avoir trouvé les familles dans lesquelles ils vont s’ épanouir prend le pas sur tout le reste.

Si tu devais donner un conseil à ceux qui éventuellement aimeraient devenir famille d’accueil lequel serait-il ?

Il faut être avant tout conscient que s’engager en tant que famille d’accueil malgré la simplicité des démarches est une décision qui doit être mûrement réfléchie. En effet, il s’agit là d’un vrai engagement envers l’animal que vous accueillez car ces petites bêtes ont parfois des historiques complexes. Le temps que vous leur accorderez sera très important et la patience sera votre meilleur allié !

Enfin, il faudra pour l’association mais aussi et surtout pour l’animal se rendre disponible pour les journées d’adoption de même que pour les rendez-vous chez les vétérinaires.

Ainsi, famille d’accueil implique de perturber quelque peu ses habitudes pour partager un petit bout de vie et donner une nouvelle chance à des petites bêtes qui en ont bien besoin !

Entretien réalisé par Mozart et Mya