Vacciner son chat, c’est le protéger

Comme nous, les chats et chatons peuvent attraper des maladies infectieuses dues à des bactéries ou des virus, parfois bénignes, parfois graves voire mortelles. De même comme pour nous, il existe des moyens de prévention de certaines de ces maladies, pour protéger nos chats. Il s’agit de la vaccination. Vacciner son chat, c’est le protéger contre des maladies graves voire mortelles.

 

Un vaccin pour quoi faire ?

Vacciner son chat, c’est lui permettre d’acquérir une protection contre certaines graves maladies infectieuses. Ce n’est pas un traitement curatif, mais une protection plus en amont. En effet, un traitement curatif permet de soigner et guérir un animal lorsqu’il est déjà infecté et donc déjà malade et peut être même contagieux. Il est donc beaucoup plus judicieux à tous les points de vue, d’avoir un animal avec un système immunitaire fort et apte à combattre virus ou bactéries responsables de maladies avant même que ces dernières ne s’installent.

Pour ce faire, il faut immuniser l’animal en le vaccinant, afin que son système immunitaire développe des protections spécifiques aux maladies voulues. La vaccination consiste en l’inoculation à votre chat de microbes (bactéries et/ou virus, désactivés ou vivants mais atténués), afin que son système immunitaire fabrique les éléments biologiques de défense (anticorps, cellules immunitaires…) spécifiques à ces microbes.

 

Contre quelles maladies faire vacciner votre chat ?

Il existe 5 principales maladies contre lesquelles les chats sont fréquemment vaccinés. Ces maladies, qui peuvent être fréquentes, présentent de graves dangers pour votre chat, pouvant aller jusqu’à la mort de l’animal, même si votre chat a un traitement (si traitement existant).

Chaton tigré

 

  • Le Typhus :

Le typhus, ou panleucopénie féline, est une maladie infectieuse virale, très contagieuse, provoquant des diarrhées, vomissements, fièvre et déshydratation bien souvent mortelles, et même lorsqu’un traitement est entrepris. Les chatons y sont particulièrement sensibles, même si à tout âge un chat peut se contaminer.

 

  • Le Coryza :

Le coryza, ou « syndrome coryza » est un ensemble de symptômes pouvant être présents partiellement ou totalement atteignant la sphère oculo-naso-bucco-pharyngée : conjonctivites, affections de la cornée, jetage nasal purulent, ulcères buccaux… Tout cela accompagné de fièvre et d’anorexie. Les chatons y sont particulièrement sensibles, même si à tout âge un chat peut se contaminer.

Certaines formes peuvent être mortelles, et d’autres peuvent devenir chroniques voir entraîner des séquelles irréversibles que le chat gardera tout au long de sa vie, l’handicapant au quotidien (ex, séquelles visuelles, cicatrices cornéennes consécutives à des ulcères cornéens). Le coryza peut être provoqué par des virus, des bactéries, ou une association des deux.

 

  • La Leucose (FelV) :

Très dangereuse car très souvent mortelle et ne bénéficiant pas de traitement, la leucose (virus du FelV) est souvent confondue avec le SIDA du chat (virus du FIV), car ces deux virus sont très proches, et dans les deux cas, il n’y a pas de traitement existant et la maladie est mortelle.

Néanmoins, à l’inverse du SIDA du chat, il existe un vaccin contre la leucose. La leucose du chat se manifeste comme une leucémie d’origine virale, avec amaigrissement, anémie, nœuds lymphatiques hypertrophiés, développement de tumeurs. Un chat sain peut se contaminer au contact d’un chat malade par le sang, la salive, les voies sexuelles.

 

  • La Chlamydiose :

La chlamydiose est une maladie contagieuse bactérienne, provoquant des conjonctivites chroniques, et de ce fait très difficiles à guérir. Un chat contaminé reste souvent porteur à vie de la maladie, cette dernière se réactivant au cours de la vie du chat.

 

  • La Rage :

La rage est une maladie virale gravissime, car d’une part elle peut être transmise à l’homme, et d’autre part elle est incurable. Un animal non vacciné contre la rage, qui se contamine mourra forcément, car il n’y a pas de traitement curatif, et elle est mortelle dans tous les cas.

C’est pourquoi, la rage dispose d’une législation particulière et spécifique. La vaccination antirabique est obligatoire notamment pour les chats voyageant à l’étranger, ou dans certaines chatteries.

De plus, pour avoir une vaccination antirabique reconnue et officielle, votre chat doit avoir un passeport européen pour carnivores domestiques à jour, ainsi qu’une identification électronique (puce électronique).

 

Quels chats sont concernés ?

Tous les chats, mâles ou femelles, jeunes ou âgés, stérilisés ou non, sont sensibles aux maladies félines. De ce fait, tous les chats peuvent être concernés par la vaccination. Voilà pourquoi, dans ma pratique, je conseille à tous les propriétaires de chats la vaccination.

Souvent, les propriétaires de chats vivant en intérieur et ne sortant jamais, sont moins réceptifs à la vaccination, et ne voient pas son intérêt, car leur chat n’est jamais en contact avec d’autres chats. Aussi pensent-ils qu’il ne présente pas de risques de se contaminer. Ce n’est pourtant pas vrai. Car nous-même, propriétaires, allons dehors et pouvons à l’extérieur véhiculer et ramener chez nous et donc à notre chat, virus et bactéries qui, si elles ne sont pas dangereuses pour nous, peuvent l’être pour nos chats.

 

A partir de quel âge peut-on faire vacciner son chaton ?

Dès l’âge de 8 semaines, un chaton peut être vacciné. Avant l’âge de 8 semaines, il est protégé par les anticorps maternels que lui a transmis sa mère, et de toute façon, son système immunitaire n’est pas compétent pour fabriquer ses propres défenses. À partir de 8 semaines, son système immunitaire devient compétent, voilà pourquoi on attend l’âge de 8 semaines.

Concernant la rage, la législation impose que le chat ait au moins 3 mois d’âge minimum.

Lisez la deuxième partie de cet article sur la vaccination des chats.

Stéphane Cluseau, vétérinaire